BONJOUR ET BIENVENUE SUR LE BLOG GABFLE !




Vous apprenez le français et vous voulez progresser ?

Ce blog est fait pour vous !

Sur GABFLE, il y a des interviews authentiques de personnes francophones, à écouter ou à lire,
des exercices, des remarques de grammaire, de vocabulaire, de prononciation.

Testez ce blog, et laissez des commentaires, ou contactez-moi :



À bientôt !






jeudi 30 décembre 2010

DOCUMENT AUDIO pour le niveau A1+ (Josette) :

La fête préférée de Josette, c’est le Nouvel An !






Josette habite à Amboise, une petite ville française. Elle travaille beaucoup mais elle aime aussi faire la fête.
Elle explique ça dans cette petite interview.













DOCUMENT AUDIO (1 minute 05) :
Pour commencer, écoutez l'interview une première fois, sans faire le quizz, pour comprendre un peu Josette.




Puis, avant d’écouter encore l’interview, lisez ces questions.

1/ Comment Josette appelle le Nouvel An au début de l’interview ?
2/ Qu’est-ce que Josette aime bien faire ?
3/ Que fait Josette pour le Nouvel An ?
4/ Josette invite qui ?
5/ Il y a combien de personnes ?
6/ Que font Josette et les autres ?
7/ Comment est l’ambiance ?
8/ Josette dit qu’elle apprécie ces fêtes, mais comment ?




Écoutez ensuite encore l’interview. Vous pouvez faire le quizz ci-dessous en même temps.




QUIZZ :
Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.





Service offert par Quizz.biz





















TRANSCRIPTION :
Lisez enfin le texte de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Josette parle.


Gabrielle : Est-ce qu’il y a une fête que tu aimes bien, est-ce que tu as une fête préférée ?
Josette : Il y a (1) le jour de l’an (2), parce que j’aime bien danser donc le jour de l’an, hop (3), je danse et je mets la musique ! Voilà ! (4) Donc ça c’est des souvenirs une fois par an donc hop, je fais la fête et je m’éclate ! (5)
Gabrielle :
D’accord. Mais tu vas où ? Chez des amis ?
Josette : Non, je reste à la maison.
Gabrielle : D’accord.
Josette : Je reste à la maison.
Gabrielle : Tu invites des gens ?
Josette : J’invite. La famille. J’invite. J’invite mon frère. La famille que je vois pas souvent, en fait (6). Hop ! Je leur dis de venir. On n’est pas beaucoup. On est une dizaine. Et ça suffit, on s’amuse. Comme si qu’on était en boîte ! (7)
Gabrielle :
Ouais ! (8) Vous faites la boîte à la maison !
Josette : Voilà, on fait la boîte à la maison !
Gabrielle : Trop bien. D’accord. Donc ça c’est ton premier de l’an.
Josette : Voilà, ça c’est mon premier de l’an. Voilà, voilà.
Gabrielle : Super !
Josette : C’est, voilà, c’est des fêtes qu’on fait une fois par an mais qu’on apprécie énormément (9), quoi (10), quand on travaille toute l’année… Voilà, voilà !
Gabrielle : Merci beaucoup.
Josette : Voilà, Gabrielle.

Remarques :
1) Il y a :
Josette (comme presque tous les Français) dit « y’a ».
2) Le jour de l’an : on dit aussi « le premier de l’an » ou le « nouvel an », c’est le premier janvier. La fête la nuit entre le 31 décembre et le premier janvier s’appelle le « réveillon » (on dit aussi le « réveillon de Noël » pour le 24 décembre). Quand la nouvelle année commence, on dit « Bonne année ! », « Bonne santé ! » ou aussi « Bonne et heureuse année ! ».
3) Hop : ce n’est pas un mot, c’est une habitude de langage. Josette dit « hop » pour expliquer que c’est simple et logique pour elle : c’est le premier de l’an, donc (logiquement) elle danse.
4) Voilà : on dit souvent « voilà » après une petite explication ou quand on est d’accord avec quelqu’un. On peut dire aussi « c’est ça », « c’est comme ça ».
5) Je m’éclate = « je m’amuse beaucoup » (mais c’est informel, c’est familier).
6) En fait : on dit souvent ça pour commencer ou finir une petite explication.
7) « Comme si qu’on était en boîte » : la phrase correcte = « Comme si on était en boîte » (= « C'est comme une boîte »). Une boîte = une discothèque.
8)
Ouais = « oui » (informel).
9) On apprécie énormément = on aime beaucoup.
10) Quoi : dire « quoi » c’est une habitude de langage. Ce « quoi » n’a pas de signification importante
.

Et si vous voulez étudier quelques expressions pour les jours de fêtes, allez faire ce quizz.




lundi 27 décembre 2010

DOCUMENT AUDIO pour le niveau B2+ (Christophe) :

Christophe a vu le film Potiche !




Christophe est vrai un cinéphile. Vous avez peut-être déjà écouté son interview sur Les petits mouchoirs (ici). Cette fois-ci, il présente un autre film récent : Potiche, le dernier film de François Ozon (le réalisateur de Huit femmes).










DOCUMENT AUDIO (8 minutes 41) :
Tout d’abord, je vous propose d’écouter l'interview une première fois, sans faire l’exercice, pour comprendre globalement de quoi il s’agit.








Puis, avant d’écouter de nouveau l’interview, vous pouvez lire ces questions qui vous indiquent quelles informations vous allez devoir comprendre.

1/ Quels films est capable de réaliser François Ozon ?
2/ Selon Christophe, comment est le film Le refuge ?
3/ À quoi fait référence le titre du film Potiche ?
4/ Potiche, qu'est-ce que c’est d’abord, à l’origine ?
5/ Au début du film, quelle est la situation de Suzanne Pujol ?
6/ Quel est le sujet principal du film ?
7/ Suite à son accident, que doit faire M. Pujol ?
8/ Au départ que ressent Mme Pujol par rapport au monde l’entreprise ?
9/ Très vite, que va-t-elle ressentir par rapport à sa nouvelle activité ?
10/ Selon Christophe, que vont faire les deux enfants de Suzanne Pujol ?
11/ D’après Christophe, quels éléments du film sont très contemporains ?
12/ Quel rôle joue Gérard Depardieu ?
13/ Comment sont les relations du personnage de Depardieu avec Mme Pujol ?
14/ Quelle est la différence entre le personnage de Depardieu et Mme Pujol ?
15/ Pour Christophe, par quoi est ‘porté’ le film ?
16/ D’après Christophe, comment sont les costumes et les décors ?



Écoutez ensuite de nouveau l’interview. Vous pouvez faire l’exercice ci-dessous en même temps.







EXERCICE :

Et maintenant, pour chaque question, choisissez la réponse correcte.



Service offert par Quizz.biz





Une scène du film (Mme Pujol et M. Pujol) :














TRANSCRIPTION :
Lisez enfin la transcription de l’interview et les remarques pour mieux comprendre comment Christophe s’exprime.

Gabrielle : Christophe, Potiche, c’est un film que tu as vu, deux fois même, je crois, non ?
Christophe : Oui, en fait c’est un film de François Ozon (I) et moi, j’aime beaucoup les films de François Ozon, parce que c’est un réalisateur qui peut aussi bien tourner des comédies que des films plus graves (1), ancrés (2) dans les problèmes de société. Justement, là, c’est son deuxième film en 2010 parce que au début de l’année était sorti Le refuge (II) avec Isabelle Carré (III) qui est un film très grave, très noir par moments. Mais là, donc, on a avec Potiche une comédie très grinçante et très ironique qui se passe dans les années 70. Alors peut-être qu’il serait bon d’expliquer le titre. En fait, « potiche », c’est un mot qui est synonyme de « vase » on peut dire. Une potiche sert à mettre des fleurs, soit des fleurs naturelles ou alors des fleurs séchées et c’est aussi une expression de la langue familière. Quand on parle d’une femme qui est plutôt entretenue par son mari, qui n’a pas d’avis, on dit qu’elle est une potiche. Et justement, dans ce film, l’idée, c’est de montrer une femme, Suzanne Pujol, qui est jouée par Catherine Deneuve (IV), qui au début du film semble être complètement écrasée (3) par son mari qui lui, est directeur d’une usine de parapluies. Alors il faut dire aussi que François Ozon a choisi, et ça c’est très important, de remettre le film dans l’époque des années 70 puisqu’au départ, ce film, c’était une pièce de théâtre qui a été adaptée pour le cinéma, comme il l’avait fait pour le film 8 femmes (V). Et il a gardé l’esprit des années 70, il a pas voulu l’adapter à l’époque actuelle, on est vraiment au cœur des années 70, plus exactement en 77, au moment où les femmes encore en France ont plutôt une position on va dire « inférieure » à leur mari et c’est vrai qu’au début du film on voit cette pauvre Suzanne Pujol jouée par Catherine Deneuve, très à l’aise financièrement mais assez écrasée par ce mari assez tyrannique (4), assez colérique (5) qui ne s’intéresse pas beaucoup aux avis des uns des autres et encore moins aux avis de sa femme. En fait, on voit bien que dans cette… dans ce couple, c’est l’homme qui dirige et qui dirige l’entreprise comme il dirige son couple ! Donc voilà. Et en fait, le film raconte la revanche (6) de la femme ou la prise de pouvoir des femmes sur les hommes.
Gabrielle : La revanche de la potiche !
Christophe : C’est ça, parce que par un accident, à moment donné, cette Suzanne Pujol se trouve confrontée à une situation inattendue, c’est-à-dire que son mari a un accident cardiaque et donc il est, pour quelques mois, mis de côté de la direction de l’entreprise et on demande à cette femme, donc Suzanne Pujol, de reprendre les rênes (7) de, de l’entreprise et donc au départ, bien sûr, il y a un peu de réticence (8), un peu de peur, un peu aussi de, de, de, d’appréhension (9) par rapport à ses enfants mais aussi par rapport au monde de l’entreprise qu’elle ne connaît pas, par rapport aux ouvriers qu’elle, qu’elle n’a pas beaucoup fréquentés dans sa vie, bien que l’entreprise soit au départ l’entreprise de son père, ne jamais oublier que cette entreprise de parapluies, elle appartient à Suzanne Pujol mais c’est son mari, donc, qui en est devenu le directeur. Et donc en fait très très vite, elle va se plaire et prendre beaucoup de plaisir à diriger cette entreprise et à lui donner un nouveau souffle (10) grâce aussi à ses deux enfants, alors sa fille jouée par Judith Godrèche (VI) et son fils joué par Jérémie Régnier (VII) qui sont associés, donc, aux décisions de l’entreprise. Donc il y a beaucoup aussi de, d’ironie, de comédie, comme dans 8 femmes, le film de François Ozon avec toujours Catherine Deneuve mais il y a aussi un regard sur la société d’aujourd’hui même si le film se passe en 77. Il y a beaucoup d’événements, beaucoup de scènes qui pourraient être des scènes actuelles parce qu’on y parle à la fois des relations entre les ouvriers et la direction, on y parle aussi des grèves, on y parle d’occupation d’usines, on y parle des rapports politiques. Ne jamais oublier que dans le film, il y a un personnage très important, c’est le député-maire de cette ville. Et ce député-maire, il est communiste et il est joué par Gérard Depardieu (VIII). Donc on a le monde du patronat, le monde des ouvriers, le monde un peu plus modeste incarné par ce député communiste, qui, on va très vite s’en rendre compte, connaît parfaitement bien Mme Pujol puisqu’ils ont eu une relation (11) alors qu’ils n’étaient encore que de jeunes mariés, chacun de leur côté, et donc on va aussi se rendre compte qu’il y a beaucoup de complicité entre ces deux personnages, Depardieu et Deneuve, qui n’ont pas du tout le même parcours, le même milieu social, (ils n’ont pas du tout le même vécu) mais qui très vite vont aussi prendre une place très importante à la fois dans l’entreprise, pour elle, et puis bien sûr pour lui dans la vie de la commune. Alors c’est un film qui fait beaucoup rire aussi mais qui nous renvoie aussi aux problèmes dont on parle aujourd’hui, les délocalisations (12), euh, la retraite, la place des femmes dans la société, mais aussi les relations entre hommes femmes, bon, c’est un film très très actuel bien que, comme j’ai déjà dit, il se passe en 1977, donc il y a plus de 30 ans. Voilà. Et surtout, c’est un film qui est porté par des acteurs qui, qui jouent remarquablement bien, et en particulier, donc : Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Karin Viard (IX), et Fabrice Lucchini (X), qui sont les quatre rôles principaux. Donc : la femme, le directeur, le député, et la secrétaire. Et on a aussi une fidèle reconstitution de l’époque à travers, bien entendu, les costumes, mais aussi le décor, les décors intérieurs, la maison, le décor de l’usine aussi, tout est très très bien reconstitué : les coiffures, les maquillages, tout ça, on a vraiment l’impression d’être au cœur des années 70, donc dans la France de Valéry Giscard d’Estaing (XI) au, en plein cœur de la crise. C’est, c’est très très intéressant. Donc le film se passe aussi dans le Nord, ne jamais l’oublier où… qui est une région qui a été très touchée par les délocalisations et on… c’est un film qui, qui peut aussi parler beaucoup aux, aux spectateurs parce que c’est un film qui est en fait très actuel et comme je l’ai dit, à la fois amusant, m… ironique, caustique (13) mais très social. Voilà, je le conseille vivement !
Gabrielle : Eh bien, super, Christophe, ça donne très envie d’aller le voir ! Merci beaucoup ! Je crois que tu vas devenir le critique cinématographique attitré de ce blog…
Christophe : Merci Gabrielle.
Gabrielle : Merci Christophe !

Remarques de vocabulaire :
1) Grave = (ici) sérieux.
2) Ancrer = à l’origine, « ancrer » = retenir, fixer un bateau avec une ancre. Ici, c’est le sens abstrait et ça signifie « fixer solidement », donc « enraciner ». Un film ancré dans des questions de société est un film qui a pour contexte principal des problèmes de société.
3) Ecrasée = (ici) dominée.
4) Tyrannique = autoritaire, despotique. Un « tyran » = un dictateur.
5) Colérique = qui se met tout le temps en colère, qui s’énerve souvent et très fort, « irascible ».
6) La revanche = le fait de reprendre l’avantage sur quelqu’un après avoir eu le dessous, = « la vengeance », le fait de « se venger ».
7) Reprendre les rênes : « une rêne » = une bride pour guider un cheval. « Lâcher les rênes » = tout abandonner. Et « reprendre les rênes » = reprendre la direction de quelque chose, reprendre le pouvoir.
8) La réticence = le doute, l’hésitation.
9) L’appréhension = la crainte, l’angoisse, la peur (face à l’idée de devoir faire quelque chose de difficile).
10) Donner un nouveau souffle = « le souffle » = l’air expulsé quand on expire à l’élan, la force qui anime quelqu’un. « Donner un nouveau souffle » = renouveler, donner un nouvel élan.
11) Une relation : en français, on dit « une relation amoureuse », « une relation extraconjugale », on n’utilise pas le mot « affaire » !
12) Une délocalisation = quand une entreprise part s’installer à l’étranger.
13) Caustique = moqueur, satirique.



Remarques culturelles :I) François Ozon : pour mieux connaître ce réalisateur et son actualité (notamment la sortie de Potiche), consultez son site officiel ou la page de Wikipedia à son sujet.
II) Le refuge : vous pouvez consulter la page d’Allôciné au sujet de ce film.
III) Isabelle Carré : pour mieux connaître cette actrice française, consultez sa page Wikipedia ou ce très bon article du magazine L’Express à son sujet.
IV) Catherine Deneuve : si vous voulez tout connaître sur elle, il existe un site de fan ultra complet qui présente parfaitement bien cette actrice très connue.
V) 8 femmes : ce film a eu un succès international, vous retrouverez un dossier complet à son sujet sur le site Ecran Noir.
VI) Judith Godrèche : sa page sur Wikipedia la présente bien.
VII) Jérémie Régnier : pour tout savoir sur ce jeune acteur belge qui tourne beaucoup en France, consultez son site officiel.
VIII) Gérard Depardieu : on ne le présente plus mais vous ne savez connaissez peut-être pas tout sur lui ! Consultez Wikipedia ou encore cette interview sur TV5MONDE.
IX) Karin Viard : découvrez ici cette actrice très convaincante dans les rôles comiques, mais qui sait tout faire !
X) Fabrice Lucchini : vous pouvez lire sa biographie sur Wikipedia. Mais le mieux avec cet acteur fantasque, c’est de l’écouter parler ! Petit extrait ici
XI) Valéry Giscard d’Estaing : président français de 1974 à 1981.


Et pour finir, regardez la bande-annonce de cette comédie ! Si vous voulez en lire une transcription, vous en trouverez une sur l’excellent blog d’Anne, Je dis, tu dis, il dit nous disons…




samedi 25 décembre 2010

Bonjour à tous !

Aujourd'hui, c'est Noël !

Bonjour !
Et joyeux Noël !
Je vous souhaite une très bonne fête de Noël à tous !
Et si vous ne fêtez pas Noël, passez une très bonne journée.
À bientôt !




Voki







lundi 6 décembre 2010

DOCUMENT AUDIO pour le niveau A2 (outils --> sons [u], [ø], [y]) :

Écoutez un peu plus…




Voici une activité pour mieux prononcer des mots comme « bonjour », « un peu », « voiture »…





PRONONCIATION :
Les sons [u] (de « bonjour »), [y] (de « voiture ») et [ø] (de « un peu ») sont difficiles à différencier. Pour commencer, écoutez comment on prononce ces trois sons en français et lisez le texte qui est juste après.




Écoutez un peu plus le son [y] comme par exemple dans « Salut ! », « J’ai lu une revue. », « Tu as vu Arthur ? », « Elle a eu des problèmes, elle a dû partir. »…

Écoutez un peu plus le son [u] comme par exemple dans « J’aime tout ! », « Tu habites ? », « Gte ce gâteau, il est savoureux », « Il a trop bu, il est saoul », « Tu joues au football ? C’est cool ! », « Vous travaillez comme clown, c’est vrai ? »

Écoutez un peu plus le son [ø] comme par exemple dans « Je veux », « Elle peut », « Il est courageux », « Il a les yeux bleus », « Je mange des œufs ».

Remarque :
Dans les mots « J’ai peur », « Il mange un œuf », « Ma sœur est jeune », ce n’est pas le son [ø] mais [œ] (plus ouvert). On ne va pas trop étudier cette différence ici. En plus, c’est une petite différence et beaucoup de Francophones ne l’entendent pas !





EXERCICE :
Écoutez ensuite le document audio (une petite histoire sur la météo de l’hiver) et faites le quizz en même temps pour choisir les mots corrects.
Ma petite histoire :




Service offert par Quizz.biz















Remarques de vocabulaire :
- « Il fait un froid de loup » =
il fait très froid. On dit aussi « il fait un froid de canard ».
- « J’ai la chair de poule » = j’ai froid et je ne suis pas beaucoup habillé(e) donc les poils de mes bras se lèvent. On peut aussi avoir la chair de poule quand on a peur.
- « La neige a fondu » = elle est devenue liquide (verbe = fondre).
- « Il pleut » = le verbe « pleuvoir » au présent. Au passé composé, on dit « il a plu ».
- « La boue » = de la terre mouillée (après la pluie) qui colle aux chaussures.

Et si vous avez d’autres questions, laissez un commentaire !